1-LA SUISSE

J’ai rejoins la SUISSE le 10 octobre 2017 par la vallée de Chamonix Vallorcine. Un dernier coucou au Mont Blanc que je reviendrai gravir plus tard, probablement à la fin du tour du Monde et avant de terminer mes ascensions par la Tournette.

Je me retourne au Col des grands Montets, puis au col de la Forclaz. L’angoisse est perceptible dans ce moment qui marque l’eloignement de mes proches et des amis, me plongeant dans l’inconnu, dans l’imprévu… C’est une vertige qui m’envahit et je m’empresse de contacter Anne-So comme pour m’assurer de ne pas perdre ce lien.

Ce sera court, car Orange me rappelle par un message que la communication dans le monde est encore une affaire de gros sou. En effet, les applications des smartphones qui fonctionnent en arrière plan et les quelques minutes passées au téléphone me coute la déraison. Je désactive toutes les données mobiles avant de pouvoir me reconnecter sur des réseaux wifi libres.  C’est le carton ROUGE du jour…et du début de ce tour.

Pour le premier soir en Suisse, ce sera pique nique en voiture et bivouac dans l’Isuzu à Tasch, village au pied de Zermatt. Je prendrais un peu de hauteur sur le coteau pour me réveiller face au Matterhorn…

ZERMATT – Pic Dufour – Unterthorn

Ayant pour objectif de gravir le Pic Dufour à plus de 4634 m, je suis surpris dans un premier temps par l’arrivée d’un téléphérique à 3883 m ??? Il faut admettre que le Mont Blanc bénéficie du même traitement et que cela reste un équipement intéressant pour l’accès à la haute montagne pour tout le monde et surtout les personnes qui n’ont pas les capacités de monter.

Le temps est magnifique, stable, complètement dégagé et il fait chaud. Malgré tout, je ne me sens pas de m’engager dans cet itinéraire avec mon état de fatigue lié a tous les préparatifs du départ.

Je décide toutefois de m’attaquer à l’Unterthorn situé a 3100 m face a ce superbe massif montagneux présentant sept sommets au dessus de 4000 m dont le Pic Dufour et l’impressionnant Matterhorn ou Mont Cervin 4478 m. L’Unterthorn est aussi un site de décollage en parapente qui me permettra dans la journée de grimper, voler et visiter Zermatt. Ce village de montagne est fermé a la circulation et je veux voir pourquoi???…

Dès le début de la montée, je passe a côté de l’école ce qui me plonge dans un sentiment de culpabilité important, voyant les gens travailler et moi, partant a la montagne. Ce sentiment sera en fait présent tous les matins de la semaine.

Arrivée à la sortie des bois vers 2200 m, le panorama se découvre rapidement et je retrouve mes esprits et ce plaisir de parcourir ces chemins. Ici, il sont en très bon état et très bien signalés. Je croise de nombreux randonneurs qui parlent tous l’allemand. Je ne comprend pas bien, mais tout le monde fait l’effort de parler anglais et tout ce passe bien. Arrivée a l’Unterthorn, le panorama est exceptionnel et je décide compte tenu des conditions aérologiques, de redescendre en parapente. Le ciel est clair, le vent est fort mais suffisant et j’ai observé au cours de mon ascension les différents parapentes atterrirent sur le tout petit terrain de Zermatt. Le décollage est un peu chaotique, mais le spectacle est grandiose. C’est un réel plaisir de voler de 3100 à 1700 en profitant des couleurs d’Automne et de la ville de Zermatt entièrement survolée. L’atterrissage me pose un bon gardien, mais correctement géré, tout se passe bien.

Lors de ce vol, j’ai testé le pantalon de rando et la veste Vertical qui feront l’objet d’un descriptif dans un chapitre dédié du site.

Une vidéo est en court de création, mais je débute…il me faut un peu de temps

Quelques insolites au détour du chemin ont marqué cette ascension.

ZERMATT

Zermatt est un village de montagne très riche, il ne faut pas se le cacher, mais qui sait rester très agréable et conviviale pour tous. Il y’en a pour tous les gouts.

La village est interdit a la circulation en voiture privée, mais il est grand. On accède donc au village par le train depuis la vallée et on arrive sur la place du village directement, ou vous attendent, si vous le souhaitez, ces petites voitures électriques, qui sont toutes conçues sur la même base et qui servent autant au transport de passagers, de matériel, ou pour des travaux…

C’est surprenant, mais le résultat propose une quiétude et une sérénité sans égal, en l’absence de bruit et de nervosité. Tout le monde est calme et profite des ruelles guindées et historiques de ce beau village. C’est une très belle surprise pour moi qui profite d’un banc pour regarder les gens vagabondés de ci de là.

Je pars dans la nuit en direction de Luzern ou j’aimerais faire un tour de kayak Nautiraid. J’aurais aimer voir les sources du Rhône, mais je n’ai pas envie de faire de détour, et il faut que j’avance dans le parcours. Je m’arrête en pleine montagne après l’ascension d’une route très sinueuse et le matin…je suis au Gothard, sur le parking ou j’ai passé la nuit, face aux source du Rhône. Elles sont malheureusement encore une fois très exploitées, dès la source…

En descendant la vallée du Gothard vers Luzerne, les paysages sont magnifiques et ont peut voire tous les efforts que la Suisse met en oeuvre pour ouvrir la montagne à tous avec des accès sécurisés. Dans cette traversée des montagnes, je suis d’ailleurs surpris du réseau ferroviaire parfaitement entretenu qui permet au fret ou aux passagers de se déplacer jusqu’a plus de 2000 m.

LUZERN

J’ai abordé le lac de Luzern par le coté Est prévoyant une navigation a partir de Altdorf. C’était sans compté sur la privatisation du bord du lac dès que le relief permet d’y tremper les pieds. Le lac était magnifique mais il faut trouver un autre endroit pour pagayer, car je ne veux pas aller jusqu’a Luzern.

Lac Sichsee – Einsiedeln

Je décide alors de me reporter à ma carte et observer les différents plans d’eau autour.
Sur mon trajet pour Will ou je dois rencontrer Marcel mon partenaire Polarmond, je vois un petit lac près d’Einsiedeln.
Je découvre alors un village magnifique, comparable à Maîche dans le Doubs avec un tremplin de saut et de superbes berges.
Je monte le Nautiraid « Matakiterani » et me lance dans une petite rando 15 km à la voile et à la pagaie.
Cette balade m’apaisera beaucoup de mes questionnements et je me reposerai au bord de ce lac pour ce soir.

Le lendemain, je me rends a Will pour rencontrer Polarmond et Marcel.

WILL

Wil est au nord de la Suisse, proche de Zermatt ou je n’ai pas vraiment envie de me rendre???!

Je retrouve Marcel avec qui nous avons entretenu de très bon lien par mail jusque là et nous faisons le point de notre partenariat. Je suis comptant de voir le développement des tentes et de la société qui s’oriente vers le Outdoor a fond.

Par ailleurs, arriver a Will, j’ai observer une grosse promotion d’un marchand d’outillage qui vend des caisses très intéressantes pour mon aménagement qui me convient moyennent. Je profites de l’aubaine et lui troc mes caisses trop lourdes et encombrantes.

Marcel me propose d’aller a Zurich récupérer des sardines à tente, spécifiques pour le sable et la neige au magasin TENZA, un temple du OUTDOOR. Contre toute attente, je me rend donc a Zurich…

ZURICH

Aucune difficulté pour se garer…seulement pour le parcmètre. Ici, la place est numérotée au sol et il faut renseigner le numéro au parcmètre pour charger du temps. J’ai bien entendu charger mon voisin avant de comprendre. ;-°

Néanmoins, cette ville respire la tranquillité…les transports en commun et les vélos sont omniprésents, le centre ville est très paisible et les gens semblent détendu. Cela m’a encouragé a passer la soirée et visiter autant que possible tout le coeur de la ville avec beaucoup de bonnes surprises tant le climat y est plaisant et décontractant. A revoir assurément.

Lac de Greifensee

Après avoir visiter cette ville, je suis parti bivouaquer au bord du lac de Greifensee, près de Monchaltorf. Je me faufile au bout d’un chemin pour arriver près d’un petit port de pêche. Au petit matin, voici ma découverte…

Après cette petite pépite et avant de me rendre en Autriche, j’ai envie de monter en altitude pour voir le lac de Constance qui fait frontière avec l’Allemagne. Je jette mon dévolu sur le Mont SANTÏS qui me semble tout approprié à 2501 m d’altitude.

Le MONT SANTIS

Arrivée au pied du télécabine un peu tard dans la matinée, je décide de monter léger en mode KV (Kilomètre vertical). Le parapente est praticable, mais après avoir regarder la webcam du sommet, je ne décollerais pas de là-haut, alors autant s’adapter. C’est une très belle montée, raide et aérienne, qui fini sur la neige glacée. Sur cette montée, j’essaierais tous les vêtements et chaussures RAIDLIGHT dont un résumé du test sera réalisé dans un chapitre dédié. J’ai croisé des gens sur-équipé comme en alpinisme, en tenue de ville ou bien quelque fois dans du jamais vu…mais le spectacle est somptueux…

Et voila, la SUISSE me laisse déjà un très beau souvenir pour les paysages et les villes découvertes, ainsi que ma rencontre avec Marcel et POLARMOND.

 

 

 

Un commentaire sur “1-LA SUISSE

  1. Y’a des images de montagne qui me font rêver ! Et que dire du lac de Greifensee au petit matin…..magique. Bon courage pour la suite Luc ! Bisou

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :